Affaire Elisabeth Lignon (Eguimos)

Copropriétaire d’un appartement dans un Immeuble du 19 ème siècle, situé au 21 Rue Gustave Flaubert à Paramé, dans la ville de Saint-Malo, en copropriété aux moments des faits, avec la caisse d’épargne de Bretagne Pays de Loire de Cesson-Sévigné uniquement, où l’adresse de son agence bancaire, dont elle ne sert jamais, est au 1 Place Georges Coudray, qui est désaffectée depuis octobre 2014.

 

Alors que des éléments nouveaux, ont surgi dans l’agence bancaire, qui n’avaient jamais été répertoriés dans aucune expertise judiciaire et aucune expertise administrative, auparavant, qui ont été constatés par la mairie de Saint-Malo le 12 Novembre 2014, au rez de chaussée de l’Immeuble, qui ont été corroborés le 31 octobre 2016 par la police nationale, alors que les 2 bâtiments de 1847 et de 1927 ne faisaient plus qu’un, dans l’agence bancaire, sans leur Toit-Terrasse de 60 M2, de béton armé, fracturé sur toute sa surface, qui les reliait entre eux, qui venait d’être détruit intégralement, avec une partie du mur de couloir, complètement insalubre, qui le soutenait sur toute la longueur, jusqu’à mon appartement.

 

Dangerosité imminente de l’immeuble, qui n’avait jamais été mise à nue dans aucune expertise judiciaire et administrative, depuis l’an 2000, dans l’agence bancaire de Paramé, qui a toujours été interdite aux véritables copropriétaires y compris la banque, avec un 3 ième copropriétaires qui a acheté après la Fin des travaux d’avril 1999 et dans l’état, sachant que ce Mr Harand Marcel, donne dans ces conditions absurdes, toutes ses voix à la banque, qui ignore que son agence Bancaire, ne se trouvait plus aux normes de sécurités obligatoires, pour recevoir du Public, depuis son « Vandalisme Notoire » avec des explosifs et engins de démolition, qui se sont déchainés du 5 novembre au 29 Décembre 1998, dans ses bureaux commerciaux, locaux privés, dans son Agence bancaire, dont les preuves sont restées intactes depuis près de 20 ans.

Preuves de « vandalismes notoires », certifiées irréparables, par toute l’équipe de Me Jacques Garnier, avec des « destructions de biens d’autrui volontaires », pour ne pas avoir accepté les conseils de BETECB bureaux d’études techniques, qui préconisait des poses d’IPN, adaptés aux retraits des murs de pierres de 70 cm et de 45 cm d’épaisseur et de plus 4 M de hauteur et de 20 mètres de longueur, disparus dans un Immeuble du 19e Siècle, avec ses piliers de granit de 90 cm de Diamètre et de 60 cm de côté, qui avaient Tous un Prix Marchand, qui est devenu du jour au lendemain en « péril imminent », qui devait le 21 Juin 2007, être évacué dans les 48 Heures, par Mr Jugand Directeur de la DAUF de la Mairie de Saint-Malo, sous l’article du L-511-1 du C.C.H.

 

Les rapports de ces 4 personnes venues sur place, en 2014 et 2016, ne m’ont jamais été communiquées, par Mr le Maire Mr Claude Renould, venu sur place avec toutes les autorités compétentes, concernées comme Mr le sous-préfet et Mr le Préfet, qui connaissent parfaitement bien la « dangerosité imminente » de cet immeuble, qui refusent d’officialiser ces documents, pour obéir à des avocats Investis, avec des magistrats qui ne peuvent plus revenir en arrière, qui pensent pouvoir occulter leurs obligations d’agir et d’aboutir, devant un immeuble menaçant ruine et insalubre, dangereux pour lui-même et dangereux pour la sécurité publique, cela aux mépris de la sécurité publique, des biens et des personnes.

 

Ces manquements de la part de ces personnes SACHANT, me cause de très graves Préjudices, qui outre les « NON assistance à personnes en danger » et « les désir évidents de convoiter mon appartement », qu’il ont mis à leur merci, après des « destructions et de dissimulations de preuves » permises par la JUSTICE, qui se trompe de cible, dont des condamnations qui courent toujours, pour occulter des erreurs judiciaires et des erreurs administratives, avec des Interprétations malicieuses des magistrats formatés par les avocats complices, qui ne peuvent revenir en arrière, avec des solutions miracles, de « résistances abusives » de ma part, pour lesquelles je suis condamnée, alors que des éléments nouveaux démontrent ma bonne foi, déformée par des soi-disant « vétustés et des anomalies de constructions » de 1847 et de 1927, que l’on veut imposer à la ville de Saint-Malo, avec des Futurs Travaux, qui passent au forcing, qui doivent être réalisés de toutes Urgences par le Syndic CIB, H F Gestion et Eguimos, avec un Syndicat de copropriété compatissant, dans un changement de destination d’un Appartement en Bureaux Commerciaux, Interdits par le « Règlement de Copropriété », jamais respecté en « Assemblées générales de copropriété », qui se démène pour prendre la Place du Maire, pour traiter cette affaire avec l’avocat de la Copropriété et à sa Façon, sans laisser aucune possibilité pour sa victime attitrée de réagir, après les « Faits accomplis » redoutables de Me Caroline Le Goff.

Avocats Redoutables, comme Me Jacques Garnier, Clotaire Laurent, Céline Demay, Larzul, Peigné et Gilbert Collard, qui ont baissé pavillon devant les Menaces de Garnier, Tellier et Le Goff…

 

Des stratégies imparables, pour me faire vider mes comptes, par les avocats soudés comme un seul homme, qui se croient encore en toutes Impunités, avec des confrères soudés : comme Jacques Garnier qui a utilisé les Politiques des « faits accomplis » et du « faire payer la copropriété » en l’an 2000, où Me Jean Louis Tellier a mis une Hypothèque sur mon appartement, qui met en vente mon « Trésor Familial » pour 35 000€ en AG de Copropriété, et qui me demande tout naturellement 178 888,12€ de Dommages-Intérêts, qui menace quiconque qui ose inquiéter sa Cliente la Caisse d’épargne de Bretagne Pays de Loire de Nantes, avec ses 5 000€ d’articles 700, dont il est très friand, pour justifier ces 20 années de procédures, sans aucune solution, sans aucune négociation et sans aucune Réparation.

 

Des fonds et des provisions faramineux, donnés par des copropriétaires confiants, cela depuis près de 20 ans, dont aucun centime n’a été injecté dans 1 seul centimètre 2 de l’Immeuble, avec des dirigeants dictatoriaux, sensés défendre et Conseiller les copropriétaires, qui décident pour nous ce qui est bon pour eux, qui se servent d’eux comme une poire pour la soif, qui osent trouver tout naturelle d’utiliser mes provisions, donné de la part de mon avocat sous ma demande, pour faire le « Traitement Intégral du Mérule », en me prenant

27 000€, de mon Compte dans la Copropriété, sans mon consentement, où il serait mis sur un compte depuis 11 ans, puis disparus, pour se retrouver dans la Poche de Mr Thierry Pichon directeur des ressources humaines, de la caisse d’épargne pays de Loire de Nantes, depuis 2013…

 

Difficile de devoir toujours supporter des injustices, pour avoir passé le tiers de ma vie dans cette affaire, où j’avais 48 ans aux moments des Faits, pour être à l’aube de mes 68 ans, en septembre 2017, avec un « dossier imparable », qui depuis près de 20 ans reste au point mort.

 

Merci de votre écoute, qui n’intéresse personne dans la ville de Saint-Malo…

 

Elisabeth Lignon

TEL : 06-87-25-98-49

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Posted by: ADVSF on